25
Feb
2016
9

La culture social media envahit la déco

Les “Like”, les hashtags et autres emoji envahissent aussi la décoration. Une irruption dans le monde déconnecté encore marginale mais qui mérite qu’on s’y attarde. Designers et artistes s’intéressent de plus en plus à ces symboles des réseaux sociaux : plusieurs expositions ont ainsi pour sujet le fameux “Like”. De simples gadgets à objets muséals, les objets inspirés des réseaux sociaux font désormais pleinement partie de notre culture visuelle, et ne sont plus réservés aux geeks.

Les objets déco se mettent au hashtag

Les pouces en l’air, les émoji et les hashtags sont de plus en plus présents dans les catalogues de décoration. Lampes et coussins hashtags, mugs “émoji” ou encore bougies et linges de lits se parent de couleurs flashy et de logos inspirés par les réseaux sociaux. Il s’agit de décoration à bas coût, au design épuré et dont les stocks sont renouvelables facilement en fonction de la demande. Et si les prix sont assez élevés sur les sites des grandes enseignes, ils sont plus raisonnables du côté des petites boutiques, à dénicher sur Etsy ou Amazon.

washyourhands

Pour Katia Fache, journaliste pour Marie-Claire Maison, réseaux sociaux et décoration font bon ménage, et ces objets sont aussi un moyen pour une marque de faire de la promotion :

Pour une marque, les hashtags offrent une grande visibilité. Celui lui permet d’être mise en avant.

deco-hashtag-800x1199

Selon Katia Fache, on ne peut pas pour autant parler de mode :

Je ne dirais pas que la déco geek est devenue à la mode, mais c’est une tendance drôle et décalée, un clin d’oeil que l’on retrouve dans les collections déco, et elle s’adresse surtout aux ados.

Les lampes hashtags et autres coussins Facebook sont donc créés pour attirer une cible plus jeune. Katia Fache rapproche ce phénomène des objets “geek”, c’est-à dire l’ensemble des éléments qui font écho à la culture geek, voire à la pop culture dans son ensemble (des figurines Star Wars par exemple). Si un paillasson “Enter” ou un miroir Tetris vous tente, vous pouvez retrouver dans ELLE une sélection décoration geek.

maison-geek-star-trek-star-wars

Les marques qui ont une cible plutôt jeune proposent ce type d’objets dans leur rayon décoration, comme Urban Outfitters ici :

Métamorphoses de la culture visuelle

Mais au-delà de ce phénomène marketing liant décoration et réseaux sociaux, la culture visuelle d’aujourd’hui est imprégnée par les codes des réseaux sociaux. Les artistes les utilisent et les remettent en cause. Amusants, ces objets ont aussi un côté branché, puisqu’on en trouve même chez Colette, qui consacre une mini-exposition au “Like” à travers les oeuvres du designer James Joyce. Pour lui, l’apanage de la génération actuelle est le “like”, comparable au “love” des années 1960-1970. L’artiste interroge le sens de cette expression, entre célébration positive de cette activité numérique et une interrogation plus inquiète sur le besoin de reconnaissance des utilisateurs des réseaux sociaux.

like

A Poitiers, l’artiste et enseignant en art Thomas Cheneseau a monté une exposition intitulée “Unlike”. Une dizaine d’artistes sont réunis pour détourner le “like”, critiquer les codes qui régissent Facebook et dénoncer l’hyper-connexion. Une exposition conçue comme un acte de résistance, dans la Chapelle des Augustins, un édifice du XIIIe siècle. On y retrouve aussi des réflexions sur l’identité numérique et sur les limites créées par les interfaces. Les oeuvres prennent des formes variées (clips vidéo, installations, 3D…), achevant de donner une forme concrète à des codes dits virtuels.

UNLIKE

Les réseaux sociaux entrent symboliquement au musée, et leur omniprésence s’incarne désormais dans des objets amusants, impressionnants, voire inquiétants. Autrement dit, sous son air innocent, votre coussin couvert de hashtags est un rappel permanent de cette culture social media, abolissant la frontière obsolète entre monde physique et monde virtuel.

Ajouter un commentaire