13
Sep
2015
5

Le selfie est-il vraiment narcissique ?

Si vous avez visité des lieux touristiques cet été, vous avez aperçu ces innombrables perches à selfie près de tous les monuments. Vous vous êtes exclamés devant ce triomphe du narcissisme sur les réseaux sociaux. Enfin vous êtes tombés sur cet article qui décrit la mode du selfie post-divorce. C’est le pompon ! Ils se séparent, et ils en font un selfie. Avant de vous fendre d’un éditorial sombre sur le possible déclin de notre civilisation, respirez un bon coup ! Tout n’est peut-être pas perdu, loin s’en faut !

Le selfie est-il vraiment narcissique ?

Le selfie paraît tellement égocentrique, pourquoi poser la question la narcissisme ?

Du côté de France Inter, la réponse est tellement sûre que la question est de savoir… si on peut se noyer dans son selfie, tel Narcisse ! Pourtant, on ne fait pas des selfies pour se replier sur soi-même. On fait des selfies pour témoigner, pour exprimer quelque chose. Et on les partage beaucoup. Sur Instagram, sur Facebook. Un vrai réflexe pour la jeune génération, en recherche de l’appréciation des autres à travers un “like”. Quand Aglaé, la fille ado de votre voisine Mireille, fait des selfies improbables dans la salle de bain avec le maquillage de sa mère, elle recherche secrètement votre approbation. Alors n’hésitez pas à liker, même si le fard à paupières rose bonbon et le vernis à paillettes, ce n’est pas votre truc. C’est ce qu’explique Pauline Escande-Gauquié dans son dernier ouvrage, Tous selfie ! :

Les selfies piquent là où ça démange : retrouver l’estime de soi en éprouvant un maximum de satisfaction narcissique par un simple clic. Le selfie offre ainsi un regard dans le spectacle du monde, où le selfie est à la fois regardant et regardé”

Laurence Allard va jusqu’à dire que le selfie est un portrait de soi dans le monde. Narcisse ne faisait pas de selfie. Il était fasciné par son image, sans savoir que c’était lui-même qu’il contemplait… Il n’aurait jamais pensé à poser devant la Joconde, et on est quasiment sûrs qu’il ne portait de vernis à paillettes. Et puis, le selfie est international. Il n’a pas de langue, pas de frontière. Il a cet aspect familier et convivial qui plaît tant aux politiques. Ils s’en servent pour donner une image de proximité et gommer la fracture avec les citoyens – fracture qui n’en est pourtant pas moins réelle. Derrière une exploitation qui paraît naïve, grotesque, derrière les perches à selfie, il y a donc quelque chose de bien moins superficiel qui se trame.

francois-hollande-selfie_4525276

Le selfie politique, où l’art de se montrer proche du commun des mortels.

 

Le selfie, le dernier-né d'une longue tradition photographique

Le selfie, contrairement à ce qu’on pense, n’est pas né de la dernière pluie. Derrière une apparence de trivialité, il est issu d’une longue tradition photographique. L’autoportrait est né avec les premières photographies, au XIXe siècle. Mise en abyme par des artistes du XXe comme Andy Warhol, cette tradition s’est poursuivie avec l’ère du photomaton. Un peu plus tard, Thelma et Louise passent leur temps à se photographier, et font même un selfie. Quinze ans de télé-réalité ont rendu la mise en scène de soi acceptable, banale puis omniprésente. Au début des années 2000, les industriels ont proposé cette option d’image inversée dans les smartphones, une option qui a donné naissance à un genre photographique à part entière : le selfie.

Les selfies d'Andy Warhol.

Les selfies d’Andy Warhol.

Le vrai changement avec le selfie, et il n’est pas mineur, c’est le partage sur les réseaux sociaux. Ce qui se cache derrière le selfie, c’est le besoin théâtral de médiatiser son expérience, l’exigence d’être dans l’événement et d’en témoigner in vivo, comme le décrit Pauline Escande-Gauquié :

Le selfie est le témoin d’un individu vivant en temps réel dans l’urgence, d’une génération qui colle aux exigences de l’instant, cherche à remplir un vide par l’intensité du présentisme.”

L’individu d’Instagram vit sa vie comme un roman-photo. Une véritable addiction qui le conduit à capter ses expériences plutôt qu’à les vivre. Le selfie crée une combinatoire entre action et émotion, ce que Laurence Allard appelle “le double agir communicationnel” : ce genre de photographie exacerbe une situation, imitant des émotions. On en revient aux selfies d’Obama et d’Hollande, exhibant sourires et chaleur humaine. Le mensonge n’est donc pas loin.

Dans cette construction d’une “réalité augmentée”, le travestissement et le masque oblitèrent les expériences que font les individus. On n’aura que le meilleur, un certain cadrage, le meilleur angle, la bonne lumière, un filtre, quitte à dissimuler des pans entiers de réalité. Pauline Escande-Gauquié compare ces images aux fragments de Roland Barthes :

“Le fragment implique une jouissance immédiate, c’est un fantasme de discours, un bâillement de désir (…) L’autofiction selfique est une libération partagée, une catharsis collective du désir de voir et d’être vu.”

Elle cite André Gunthert, pour qui la société de consommation transforme en spectacle le processus de consommation. Se photographier devant une oeuvre d’art n’est donc pas un rite narcissique mais une nouvelle forme d’appropriation ! Et au-delà, il voit dans la prise photographique selfique un caractère innovant. Le selfie peut-il être de l’art ? Evidemment, on ne parle pas du selfie de votre voisine Mireille sur son tapis de yoga.

PAM2015017G00442

,  Martin Paar, “The Selfie Stick”

Le selfie, l'invention d'un mode de subjectivité

Il est peut-être temps de redonner au selfie ses lettres de noblesse. Il n’est pas un simple avatar, comme le décrit cet excellent article de Laurence Allard. C’est une véritable pratique expressive, dont s’emparent les artistes. Comment le selfie peut-il être un art ? Pauline Escande-Gauquié compare le selfie artistique à une performance artistique dans son livre Tous selfie ! :

“En développant ses propres récompenses et événements photographiques, et en entrant dans une logique marchande de l’art, le selfie cherche à gagner ses galons de reconnaissance. (…) La photographie mobile est une nouvelle sorte d’image qui, par son statut hybride, encourage chez certains i-photographes une démarche artistique dans leur pratique.”

Cédric Blanchon - série de selfies - The Corporation

Cédric Blanchon – série de selfies – The Corporation

Mais cette dimension créative du selfie ne se limite pas au monde de l’art. Tous les selfies ne se ressemblent pas, chacun a sa manière de faire des selfies. Théâtre de passions humaines et de célébrations instantanées, le selfie est pourtant loin d’être standardisé : il y a des selfies, des usages. Comment comparer le selfie des heureux divorcés au selfie touristique ? Cet auto-portrait en interaction avec les autres n’est pas toujours bon enfant. Son usage est souvent provocateur, voire transgressif. Le selfie dérange… La vraie question, et c’est la conclusion de Pauline Escande-Gauquié, est donc peut-être de savoir s’il faut interdire le selfie :

“Le selfie s’inscrit dans le fameux casino cosmique dont parle Georges Steiner, ce lieu digital où la quête de la notorité (…) pousse à se frayer un chemin pour atteindre l’attention du public. Mais peut-on interdire aux gens de vouloir atteindre le cosmos ?”

30
Aug
2015
4

Conseils de blogueurs : gastronomie et cuisine maison

C’est la rentrée et vous vous dites qu’il est temps d’optimiser le temps que vous passez sur les réseaux sociaux pour faire vos recherches. Cet article est le premier d’une série intitulée “Conseils de blogueurs”. Le principe ? Des blogueurs, spécialistes des réseaux sociaux ou encore journalistes spécialistes livrent leurs secrets sur un thème spécifique. Comment trouver le meilleur restaurant de Lyon grâce à Twitter ? Quels grands chefs puis-je retrouver sur Facebook ? Car si le #foodporn (tendance qui consiste à montrer ce qu’on mange) inonde la toile, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver ! Comment faire le tri dans toutes ces informations, photos, recettes ? En matière de gastronomie, place à Isabelle Spanu, du blog Mon Paris Joli, et Marc Pédeau, auteur du blog Astuces en cuisine (et par ailleurs journaliste spécialisé en réseaux sociaux pour BFM).

Conseils pour débuter

En cuisine, vous êtes un champion. Aucun plat ne vous résiste. Mais pour vos compétences en web, c’est autre chose. Au mieux vous avez une page Facebook que vous alimentez une fois tous les six mois pour épater la galerie avec une photo de vos pieds à la plage. Le reste, vous ne savez pas trop comment cela fonctionne, mais vous vous dites que cela pourrait vous être utile… Notamment pour cuisiner, échanger des recettes, avec des passionnés comme vous. Marc Pédeau, du blog Astuces en cuisine, vous donne quelques conseils :

Facebook c’est la base. Il existe de nombreux groupes privés sur la cuisine. C’est un lieu d’échange sympathique, et on peut poser des questions et trouver des idées. Instagram et Pinterest, pour le visuel, sont utiles aussi. Par exemple, en tapant le nom d’un aliment sur Pinterest vous pouvez tomber sur de nombreux tutoriels et idées de recettes.

Isabelle Spanu, du blog Mon Paris Joli, recherche en permanence des bons plans gastronomie. Elle nous livre ses astuces pour dénicher des restaurants grâce aux réseaux sociaux :

C’est plutôt Twitter qui me permet de découvrir des bons plans. J’ai créé une liste de comptes à suivre autour de la gastronomie pour ne rien rater de l’actualité des personnes que je considère comme incontournables, je vous invite à les découvrir : Fooding, Pour faire des découvertes sur Instagram, je suis Isabelle Spiri, Edouard Borie et Fanny B. Le blog Parisianivores est un indispensable.

Inspiration @madame_messieurs #interior #bar #newplace #madamemessieurs #bonneadresse #75009 #paris

Une photo publiée par Fanny (@fannyb) le

 

Conseils pour aller plus loin dans les découvertes

Si vous savez déjà cuisiner ET faire l’essentiel sur les internets, il est temps d’aller un peu plus loin ! Mais comment découvrir de vraies bonnes adresses alors que Google et autres moteurs de recherche nous bombardent de résultats sponsorisés ? Isabelle Spanu nous livre ses recettes de recherche internet ! :

Les réseaux sociaux sont une source inépuisable d’information et de veille ! C’est le fameux concept de “sérendipité” cher au blogueur PPC, ” un concept fantastique qui consiste à trouver ce que vous ne cherchez pas”. J’ai par exemple découvert le restaurant “Le Pharamond” à l’occasion du live-tweet de l’émission “Des Racines et des ailes”.

En un mot, il s’agit de rester à l’affût en n’ayant pas peur de farfouiller, et de suivre les conseils d’inconnus (ceux qui semblent avoir bon goût en tout cas). Selon Marc Pédeau, cet art de la découverte (qu’il appelle “zoner sur internet”) exige une grande créativité : 

Dès que je tombe sur une idée sympa, je tire sur le fil. Je pars d’une vidéo youtube, une photo Instagram ou un article sur twitter et je me demande comment l’adapter pour en faire une recette qui ressemble à mon idéal de recette pour le blog : simple original et fun. Exemple: j’ai vu un post dans un groupe privé facebook “Comment utiliser des colorants alimentaires?”, j’ai mené des petites recherches sur Internet. Résultat : cette recette de Princes au chocolat arc-en-ciel. Il faut avoir envie de farfouiller, de s’amuser, d’y passer du temps et de tenter des expériences. 

Les princes au chocolat arc-en-ciel

 

Conseils pour devenir incollable !

Vous êtes très geek ET vous avez le palais délicat ? Marc, qui est aussi journaliste, explique comment s’informer efficacement sur la gastronomie grâce aux réseaux sociaux :

Faire le tour de tous les comptes sur tous les réseaux serait trop long ! Il faut commencer par suivre les grands chefs comme Alain Passard, Anne-Sophie Pic, Christophe Michalak ou Hélène Darroze, qui sont très connectés. Cela donne envie de cuisiner (ou d’aller au resto, à défaut !). Pour suivre l’actualité culinaire, je lis Munchies, ou Food and Wine. Buzzfeed Food et Buzzfeed Videos sont vraiment très bons. J’y ai trouvé l’inspiration pour mes mini-croissants au Kinder ! J’aime aussi beaucoup les blogs Je veux tout goûter et Recettes de Séries.

Super le tourteau chez Dessirier#paris #michelrostang#cuisinefrançaise

Une photo publiée par Christophe Michalak (@christophe_michalak) le

 

Pour des conseils gastronomie, retrouvez Isabelle sur son blog Mon Paris Joli :

Mon Paris Joli est un carnet d’inspirations gourmandes, insolites et chics à Paris et parfois un peu ailleurs. Je vous propose de partir à la découverte de lieux sélectionnés pour leur côté magique, romantique ou tendance : des bons plans gourmands, des actualités culturelles, des hôtels de charme et de caractère, des concept-store ludiques et des idées de promenade. Alors suivez le guide ! 

Un restaurant à ne pas manquer en septembre selon elle : Le Restaurant Le Balcon situé au 6 ème étage de la Philharmonie de Paris qui ouvrira ses portes le 3 septembre, dans un esprit bistrot contemporain et décontracté, avec une terrasse panoramique offrant une vue exceptionnelle sur Paris. 

Isabelle Spanu, du blog Mon Paris Joli

Pour des conseils cuisine, retrouvez Marc sur son blog Astuces en cuisine :

J’ai créé ce blog à l’automne 2014. J’ai toujours aimé cuisiner sans jamais vraiment trop m’y mettre. J’ai décidé d’apprendre et de partager mes découvertes culinaires. Il y a des actus, des vidéos, des recettes et bien sûr, des astuces. L’idée est de s’amuser autour de la cuisine.

Une recette à réaliser en septembre selon lui : Les petits Prince maison, idéal pour un retour au bureau ! Voir la recette ici

Marc Pédeau, auteur du blog Astuces en cuisine.

14
Aug
2015
3

Le blog fête ses 1 an !

Le Café des Médias a déjà un an ! Au départ, l’idée de ce blog était de proposer des analyses sur des phénomènes nouveaux, tout en les remettant en contexte. Surtout, il s’agissait de donner la parole à ceux qui font vivre la culture web aujourd’hui. Les écrans déshumanisent peut-être les rapports dans une certaine mesure, mais n’oublions pas pour autant d’observer ce que créent ces mises en réseaux via le web : un enchevêtrement de conversations, de signaux et de messages tissés par… des humains. Twitter ne serait rien sans ses utilisateurs. Facebook ne survivrait pas sans vos photos de vacances.

Lire la suite

20
Jul
2015
8

Les voyageurs Instagram, ou le tour du monde en smartphone

Le réseau social Instagram ne cesse de grandir, avec désormais plus de 300 millions d’utilisateurs. Le voyage fait partie des thématiques les plus en vogue : on y partage volontiers ses photos de vacances et les paysages qu’on aime. Parmi ces centaines de millions d’utilisateurs, certains ont émergé et sont désormais à la tête d’importantes communautés. Qui sont ces voyageurs Instagram suivis par plusieurs dizaines de milliers de personnes, voire des centaines pour les plus influents ? Pourquoi ont-ils tant d’abonnés ? Rencontre.

Lire la suite

9
Jul
2015
5

3 idées de lectures 2.0 pour l’été

Allez-vous quitter les écrans cet été ? De plus en plus d’études pointent les bienfaits de la déconnexion. Des hôtels de luxe ont même créé des séjours “Digital Detox” pour les accro. Une démarche un peu extrême ! Nous avons mieux pour déconnecter : une plongée dans les livres ! Oui, de vrais livres, sur du papier. Mais pour autant, il ne faut pas que la déconnexion devienne une obsession. Alors pour larguer le WiFi en douceur, on a sélectionné pour vous des ouvrages 2.0 parfaits pour les vacances !

Lire la suite

16
Jun
2015
3

L’usurpation d’identité : le cas Leah Palmer

Vos photos de vacances finiront-elles sur le profil Instagram d’une personne qui se fait passer pour vous, avec un autre nom, et une vie réinventée ? A l’heure où nous sommes nombreux à poster des photos mettant en scène notre vie privée sur les réseaux sociaux, l’usurpation d’identité nous guette tous. C’est en tout cas arrivé à Ruth Palmer, dont toutes les photos ont été volées pour recréer une “Leah Palmer” complètement imaginaire. Cette histoire rapportée par Patrick Smith de Buzzfeed a fait le tour de la planète en quelques jours. Pourquoi ce fait divers est-il si dérangeant ? On vous le résume, et on vous donne quelques esquisses d’explications.

Lire la suite

16
May
2015
2

L’indépendance des médias est-elle un eldorado ?

Cette semaine avait lieu à Lyon la 5e édition du Forum European Lab. Le but : échanger sur la culture de demain avec des acteurs venus de tous les domaines et secteurs. Des échanges passionnants et vivifiants ! Le Café des Médias n’a bien sûr pas manqué la conférence sur les médias, sur le thème de l’indépendance : les médias indépendants sont-ils un meilleur reflet de la culture et de l’époque ? Autrement dit, qu’est-ce qui distingue un média indépendant d’un média appartenant à un grand groupe dans la manière de créer et financer les contenus ? Franck Annese, fondateur de So Press (So Foot, So Film, Society… c’est lui et sa bande) et Bruno Delport, directeur de Nova, ont bien voulu livrer quelques clés !

Lire la suite

27
Apr
2015
4

Réseaux sociaux : le corps sur le bancs des accusés

Le corps est-il un fauteur de troubles sur le web social ? Régulièrement, on accuse la mise en scène du corps de tous les maux : apologie de l’anorexie, célébration du culte de la minceur, retouches extrêmes, fitness à outrance avec la mode du #fitspo… On va même jusqu’à imaginer des lois pour y encadrer la représentation du corps. Au-delà de la question de savoir si cela est même possible, et sans nier le fait que ces accusations recouvrent une réalité, il convient néanmoins de s’interroger : les réseaux sociaux encouragent-ils vraiment ces comportements extrêmes ? Le Café des Médias a rencontré la blogueuse sportive Anne Dubndidu, qui nous offre un témoignage très éclairant sur le sujet.

Lire la suite

14
Apr
2015
3

Vendredi Lecture, ou le partage littéraire 2.0

Vous avez peut-être remarqué ce hashtag qui fleurit chaque vendredi sur les réseaux sociaux : #VendrediLecture. Et surprise, il fait souvent partie des sujets de conversation les plus populaires sur Twitter, aux côtés de la dernière chanson de Justin Bieber ou de l’actualité politique. On a été voir ce qui se cache derrière ce mystérieux hashtag, et on n’a pas été déçu du voyage.

Lire la suite