29
Oct
2015
6

Le #CannelleGate, ou la difficile vie des Youtubeuses

Terreur sur la toile ! Après avoir tenté d’empoisonner les internets avec un cake trop cuit, Enjoy Phoenix a encore frappé avec un masque à la cannelle irritant. Il n’en fallait pas plus pour déchaîner Twitter, les sites d’infos, la terre entière. Obama a failli intervenir pour faire interdire les masques à la cannelle à travers le monde.

Pluie d'insultes et tyrannie du clic

Torrents d’insultes, critiques virulentes, appel aux associations de défense des peaux irritées… Tout a été dit ou presque sur les dangers de la cannelle sur la peau, à quel point Enjoy Phoenix est irresponsable de donner des conseils, etc. Que retenir de cette déferlante ? On avait déjà fait un article sur les Youtubeuses et sur la violence verbale qu’elles pouvaient parfois déchaîner malgré elles. Dans les entretiens, elles nous confiaient toutes à quel point les commentaires négatifs étaient un problème pour elles. C’était il y a un an et cette tendance a pris de l’ampleur, dépassant très largement les commentaires YouTube et s’étendant à l’ensemble du web social. David Carzon dénonce là un phénomène de troupeau. Les sites d’information ont surfé sur la tendance pour faire du clic, ce qui a permis d’inonder Google Actualités d’articles sur les masques de beauté. Cet intéressant article de Slate parle d’une véritable campagne de dénigrement, comparable au harcèlement scolaire pourtant tant dénoncé par les médias.

Fossé médiatique

Ce qu’on retient de ce bad buzz, c’est en fait le fossé entre les médias classiques et le monde des Youtubeuses. Fortes de leurs millions d’abonnées, elles vivent dans un monde parallèle, et leur audience ne cesse d’augmenter. Il n’en fallait pas plus pour créer incompréhension, peur et critiques virulentes. Pour attirer le clic, rien de mieux qu’un titre un peu moqueur. Et si en plus on peut insulter toute une génération c’est pas mal. Il ne s’agit pas ici de défendre qui que ce soit, mais plutôt d’essayer de mettre en lumière l’incompréhension que suscitent ces jeunes célébrités qui fédèrent des communautés considérables et qui n’ont pas besoin d’un micro à la radio ou à la télévision pour exister. Dans notre précédent article, on parlait d’utopie pour décrire le monde des Youtubeuses. Mais désormais ce temps de l’utopie est terminé, sans que ces créatrices de vidéo n’aient la structure nécessaire pour réagir face à de telles déferlantes.

Ce qui est dommage, c’est qu’on réduit YouTube à ce genre d’articles et de reprises, sans rendre compte du foisonnement qu’il y existe. Surtout, on prend ceux qui regardent ces vidéos pour des débiles qui ne s’intéressent qu’à des sujets stupides. On passe à côté de l’essentiel : une vraie vivacité, une économie du partage extraordinaire, des pépites d’humour, des entrepreneurs, des personnalités hors normes… Avec des effets négatifs évidemment : le manque de diversité des contenus, la difficulté d’émergence pour des contenus originaux, les tutoriels beauté à n’en plus finir, une économie souterraine parfois opaque…  Il y a ainsi beaucoup de phénomènes extrêmement intéressants à décrire et il est dommage de réduire tout un écosystème du web social à quelques #fails, et de s’y intéresser uniquement à cette occasion.

Cette vidéo de la Youtubeuse Solange Te Parle est toujours d’actualité, à voir et revoir :

Venez sur YouTube !

Que peut-on dire pour finir, sinon inviter tous ceux qui ont pris la parole sur ce qui aurait dû être un non-événement, à découvrir la richesse des vidéos qui sont produites sur YouTube ? Et si vous voulez vraiment vous intéresser à Enjoy Phoenix, interrogez-la sur son modèle économique, sur le placement de produit. Décryptez ses relations avec ses abonnés, qui ne sont pas que des adolescentes, contrairement à ce qu’on pourrait penser. Demandez-vous pourquoi Youtube, en tant qu’hébergeur de contenus, n’encourage pas davantage la diversité des productions (en faisant une sélection qualitative par exemple). Interrogez les Youtubeurs sur leurs conditions de production, comment cela marche, et sur le nombre de commentaires, lettres, emails, déclarations d’amour qu’ils reçoivent chaque jour. Ces chiffres sont astronomiques et ils pourraient vous faire pâlir. Les thématiques politiques, qui fonctionnent mal, pourquoi ? Et plein d’autres questions, interrogations, décryptages, analyses. Il y a du travail. Comprendre pourquoi ces vidéos plaisent autant, et pourquoi les médias traditionnels sont incapables de créer un tel attrait auprès des plus jeunes.

N’ayez pas peur, prenez ces vidéos à bras-le-corps, et s’il le faut, lancez-vous dans la création. Mais ne pleurez pas pour un masque à la cannelle s’il-vous-plaît, ce n’était pas comme si on manquait de sujets de conversations ridicules sur Twitter et ailleurs.

1 Response

  1. audrey.embarekrollin@gmail.com'

    Très bel article ! C’est vrai que c’est désolant ce bashing qu’a subit Enjoy Phoenix. Malheureusement les gens jalousent les bloggeurs/youtubeurs… populaires car cela les dépassent, ils ne comprennent pas le business et le travail qu’il y a derrière donc ils critiquent.

Ajouter un commentaire